Toi, mon ptit chat qui lutte pour ne pas dormir, que ce soit dans nos bras ou dans ton lit cododo, en écharpe ou en porte-bébé, 

Toi mon amour à qui nous avons donné un massage tout doux et un bain bien chaud et enveloppant, 

Toi petit coeur que nous berçons en chantant et nous balançant, en arpentant en long, en large et en travers notre appartement, 

Toi qui force pour ne pas rejoindre Morphée aujourd’hui, que t’arrive t-il ?

Finalement tu sombres, épuisé, énervé, dans le porte-bébé sur maman pour récupérer un peu de force en cette fin de journée qui nous aura tous, vidés.

Après avoir vérifié que tout allait bien, je me pose ce soir la question de l’origine de cette lutte contre l’endormissement que tu nous fait parfois. Culpabilité de mal faire encore et toujours au rendez-vous, devenue principale compagnie des nouveaux parents. Nous nous adaptons à ton rythme mon bébé, ne le comprenant que rarement, essayant de suivre aussi notre instinct et les bons conseils glanés dans les ouvrages sur l’éducation bienveillante et le respect des rythmes biologiques du nourrisson. C’est ça être parents apparemment, s’adapter, découvrir, rebondir, culpabiliser, s’inquiéter, partager et y arriver, à chaque fois au final. 

Loin d’être inné, évident, malgré les lectures, les podcasts, les expériences de l’entourage, ce rôle nous dépasse, nous effraie, nous ravie, nous émerveille et nous terrifie aussi. Est-on à la hauteur de tes besoins et envies mon bébé ? Nous adultes sommes-nous assez pour toi, petit bout de vie, grand tourbillon de magie ?

Voici mon état de ce soir, en boule dans le canapé, à tenter d’écrire pour évacuer un peu de cette fatigue, de cette frustration, de cette colère de ne pas réussir à chaque fois, de cette pression que je m’inflige et que je tente de réduire à chaque fois que je suis dépassée par ce torrent d’imprévus. Cette fin de journée ne vous offrira pas l’humour que je peux glisser dans mes billets habituels.
Non.
Ce soir je vous sers une tranche de sincérité brute. 

Sur ce, après avoir envié cette opportunité de dormir que Peter n’a pas saisie (laisse-moi ta place et je fais 3 siestes de 2H/jour sans problèmes !!! Avec le massage en prime et le bain chaud !!!) je négocie un bout de dodo (entre deux tétées) seule et isolée dans la chambre pendant que mes hommes resteront dans le salon. Des petits compromis, nous en avons trouvé plein pour continuer cette aventure de la parentalité le plus sereinement possible. Si cela vous intéresse, je vous les partagerais avec joie. Serrons-nous les coudes !

Je vais avaler un morceau et aller m’écrouler sous la couette en espérant que bébé chat fasse un marathon du sommeil sur papa qui prend le relais avec l’écharpe de portage. Et si ce n’est pas le cas, je dégainerais le boobie même au bout d’une heure, même la tête dans le paté, avec des sourires émerveillés. (Mais quand-même, un ptit 4h de dodo je kifferais bien siltoplééééééé).

Bisous ensuqués, 

Ophélie

ZzzZZzZZzzzZzzz

Envie de découvrir mes 7 Rituels Bien-Être pour une semaine ressourçante à la maison?

Une semaine pour : 

-> Développer la communication au sein de votre foyer

-> Renforcer la connexion et les liens entre chacun de ses membres

-> Augmenter le bonheur de votre famille

-> Vous accordez du temps de qualité à vous-même et aux personnes que vous aimez

Politique de confidentialité

Merci et à tout de suite dans votre boîte mail !